" Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l’époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa.

L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963

1963, l’aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d’Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu’ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d’aujourd’hui, qu’ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d’équitation d’extérieur.



Le blog des conseils de Pierre

Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Chapelle Saint-Jacques de Chamole

Encore une chapelle Saint-Jacques à sauver

Chamole est à un double titre un « lieu de mémoire » du comté de Bourgogne (appellation ancienne de la Franche-Comté). Elle n'a sans doute pas vu passer de pèlerins se rendant à Compostelle mais elle possède une église Saint-Jacques qui mérite attention.

28/01/2012


L'origine inconnue de la dédicace à saint Jacques

Edifiée en 1503, la chapelle de Chamole, est reconnue sous le nom de Saint-Jacques-le-Majeur, saint auquel les comtes de Bourgogne portaient une dévotion particulière.
Des érudits locaux justifient la dédicace de la chapelle de Chamole à cette dévotion des comtes de Bourgogne pour saint Jacques. Mais la date supposée de son érection (début du XVI° siècle) est bien tardive pour que cela soit retenu.

Une hypothèse sur l'origine du nom

L'histoire de la Franche-Comté écrite par Louis Gollut a été publiée en 1595. Dédiée à Philippe II, elle relate longuement les relations de la famille comtale avec l'Espagne au XII° siècle. Elle fait des Habsbourg, Espagnols et Comtois par leurs ancêtres, une grande lignée remontant à Raymond de Bourgogne, le père d'Alphonse VII de Castille. Cette histoire a eu un grand succès. Aurait-elle été connue des commanditaires de la chapelle ? Saura-t-on jamais ? On peut rêver et imaginer ! C'est une invitation à poursuivre des recherches.

Une chapelle témoin du Poligny du Moyen Age

Le chateau de Grimont dominant Poligny
Le chateau de Grimont dominant Poligny
La forteresse de Grimont qui dominait et défendait la ville de Poligny était située sur la commune de Poligny, à mi-chemin entre cette ville et le village de Chamole. Dans ce château-fort était conservé le trésor des chartes des comtes. La chapelle castrale était dédiée à sainte Agathe, la chapelle Saint-Jacques de Chamole était sous sa dépendance. Après la démolition du château de Grimont, le service de la paroisse qui se faisait dans la chapelle de ce château fut transféré dans cette modeste chapelle du village qui a dès lors porté le titre de Saint-Jacques et Sainte-Agathe.

Un témoin des guerres de conquête de la France

Sur le territoire de la commune de Chamole s’est déroulée la bataille sanglante qui a opposé les troupes du roi de France Louis XIII aux défenseurs du comté en juin 1638. Les comtois, conduits par le duc de Lorraine, ont été défaits par l’armée du duc de Longueville. La forteresse a été rasée, la ville de Poligny est restée inhabitée pendant 30 ans. Le Comté de Bourgogne qui avait déjà reçu les assauts des armées de Louis XI, puis de Henri IV, a perdu dit-on 70% de sa population lors de la guerre de 10 ans menée par Louis XIII et Richelieu. Mais la France devra attendre une nouvelle campagne militaire menée par Louis XIV et Vauban pour annexer définitivement ce Comté par la paix de Nimègue en 1678.

Un édifice modeste en mauvais état

Le Dictionnaire Rousset des communes la décrit ainsi :

« C’est une chapelle orientée, ses murs sont très bas et flanqués de contre-forts . Elle ne se compose que d’une nef peu élevée et voûtée. Sur le milieu de sa longueur, apparaît au dessus du toit un mur percé d’une ouverture, dans laquelle était placée la cloche. Deux fenêtres pratiquées après coup dans le mur oriental, éclairent l’édifice, qui dans l’origine ne recevait de jour que par la porte. L’ensemble du monument est du style ogival usité au XIIIe siècle.On y remarque une statuette en pierre et un grand nombre de pierres tombales fort ancienes. L’état de cette chapelle est déplorable. Elle est louée à plusieurs particuliers pour servir de bûcher. Il est question d’en faire une fromagerie. On devrait la conserver, comme un précieux spécimen de l’architecture rurale religieuse au XIIIe siècle ».
Vue d'ensemble Sud-Ouest
Vue d'ensemble Sud-Ouest

Un intérêt historique et architectural reconnu

Son classement à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 11 juillet 1984 est la reconnaissance de son intérêt patrimonial.
Témoin d'histoire et de tradition cultuelle, ce monument aussi modeste soit-il a traversé les siècles. Il est remarquable et mérite d’être sauvegardé comme un précieux spécimen de l’architecture rurale religieuse, même s'il n'est pas du XIIIe siècle comme l'écrit à tort le Dictionnaire des communes.

Cliquer sur la photo pour accéder au site de la Fondation du patrimoine présentant le projet de restauration.

Une autre présence de saint Jacques ...

Chapelle Saint-Jacques de Chamole
Chamole est une petite commune de 162 habitants au dernier recensement de 2005. Mais la seule trace de la dévotion de ses habitants à saint Jacques n'est pas la chapelle qui lui est dédiée : la fête patronale du village est le 25 juillet, jour de la fête de saint Jacques.
Cette information donnée par un site Internet présentant la commune apporte un argument supplémentaire à la tradition d'un culte local à saint Jacques dont la chapelle est le témoin immobile.  L'église paroissiale construite en 1835 est aussi dédiée à saint Jacques. Elle a succédé à la chapelle Saint-Jacques, maintenant la tradition de cette dévotion.

Faire de Chamole une étape vers Compostelle ?

D'après un pèlerin belge qui a alerté sur la situation de la chapelle Saint-Jacques de Chamole :
« Cette chapelle se trouve au sommet de la reculée des Monts de Vaux, au-dessus de Poligny le long d’une probable voie de cheminement des pèlerins jacquaires ou autres, gagnant le Haut-Jura ou en descendant. »
Chamole n'a sans doute jamais vu passer de pèlerins de Compostelle avant la fin du XXe siècle mais s'il y en a maintenant, c'est sûrement un atout car les chemins de Compostelle en France sont au Patrimoine mondial et dans 10 ans, la chapelle Saint-Jacques de Chamole, bien restaurée pourra prétendre à ce titre.

Lu 2266 fois
Gilberte Genevois & Louis Mollaret

Patrimoine contemporain | Comprendre et sauvegarder le patrimoine jacquaire








Livres de Denise Péricard-Méa
JEAN DE TOURNAI_VW
Matamore
Neuf pèlerins racontent
Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial
Les mythes de l'apôtre saint Jacques
Le Manuel du pèlerin
Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle
De nuremberg à Grenade et Compostelle
De la Bohême jusqu'à Compostelle
Brève histoire du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle