" Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l’époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa.

L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963

1963, l’aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d’Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu’ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d’aujourd’hui, qu’ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d’équitation d’extérieur.



Le blog des conseils de Pierre

Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Chemins de Compostelle : promouvoir un véritable patrimoine commun

L'attention exclusive apportée aux chemins de Compostelle a apporté une double distorsion. Elle a marginalisé d'autres pèlerinages chrétiens et elle a fait oublier la dimension universelle de la démarche pèlerine. Le succès du pèlerinage contemporain rend urgent de quitter la géographie des chemins pour retrouver le sens du pèlerinage. Le seul critère de l'UNESCO non retenu pour l'inscription des chemins au Patrimoine mondial répond à cette nécessité.

25/06/2014


Un patrimoine matériel dénaturé

Les inscriptions au Patrimoine mondial du Camino francés et des chemins de Compostelle en France se sont trop attachées au patrimoine matériel, dans son aspect le moins bien défini, les chemins eux-mêmes.
Oubliant la destination initiale du patrimoine jacquaire immobilier, les promoteurs des chemins l'ont dénaturé en le réduisant au rôle de jalons sur les chemins. René de La Coste-Messelière, qui avait rejoint la Société française des amis de saint Jacques quelques années après sa création et en était devenu président fut l'un des plus actifs d'entre eux en France et en Europe. N'a-t-il pas dit de la tour Saint-Jacques à Paris, ancien clocher d'une église, sanctuaire de pèlerinage à saint Jacques, qu'elle était " la plus haute borne sur les chemins de Saint-Jacques " ? Il fit d’ailleurs offrir par l’Espagne à la ville de Paris une plaque de marbre qui officialise cette affirmation en des termes que les historiens n’ont jamais pu prouver.
Cette façon de considérer le patrimoine hérité des cultes à saint Jacques a fortement influencé le Conseil de l'Europe, saisi d'une demande espagnole d'une action en faveur des chemins de Compostelle. Elle a conduit à définir les chemins de Compostelle comme premier Itinéraire culturel europén puis à les inscrire au Patrimoine mondial.
 


Le véritable patrimoine commun est immatériel

La Fondation David Parou Saint-Jacques propose une action européenne pour faire reconnaître la démarche pèlerine comme un véritable bien culturel immatériel de l'humanité.
Le pèlerinage existe sous des formes différentes dans toutes les civilisations. Cette reconnaissance serait conforme au critère III de l’UNESCO, qui, curieusement, n’a pas été pris en considération par les dossiers d'inscription du Camino francés et des chemins en France, ni proposé par les experts de l’ICOMOS qui ont examiné ces dossiers :
 

« Apporter un témoignage exceptionnel sur une tradition culturelle »

 
Il est temps de prendre en considération ce critère qui s'applique à merveille aux pèlerinages. Selon le voeu exprimé par le Conseil de l'Europe en 1987, les chemins de Compostelle en Europe seraient pris en exemple, de cette tradition pèlerine présente dans toutes les cultures. Ils le seraient non pas sous leur aspect géographique mais en considérant leur dimension spirituelle et l'apport de la démarche pèlerine au mieux vivre ensemble dont  l'Europe et le monde ont besoin. Le pèlerinage contemporain à Compostelle, aujourd'hui mondialement connu, deviendrait l'archétype de cette démarche. Le balisage et l'entretien de chemins permettant de pratiquer des pèlerinages sur les sites traditionnels de tous les pays seraient un facteur de développement économique. Et plus profondément, l'information et le partage sur les valeurs vécues dans ces pèlerinage seraient une source d'enrichissement.
Des signes existent permettant d'imaginer que cette utopie peut un jour devenir réalité. Les " Compostelle " canadien, sarde ou japonais ne sont-ils pas des prémices que l'UNESCO serait avisée de récolter ?
 


Lu 455 fois
Fondation Ferpel

Compostelle, pèlerinage et société | L'Itinéraire culturel européen | L'inscription au Patrimoine Mondial | Pèlerins et pèlerinages | Patrimoine | Les bonnes pages | Compostelle-Cordoue








Livres de Denise Péricard-Méa
JEAN DE TOURNAI_VW
Matamore
Neuf pèlerins racontent
Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial
Les mythes de l'apôtre saint Jacques
Le Manuel du pèlerin
Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle
De nuremberg à Grenade et Compostelle
De la Bohême jusqu'à Compostelle
Brève histoire du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle