" Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l’époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa.

L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963

1963, l’aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d’Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu’ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d’aujourd’hui, qu’ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d’équitation d’extérieur.



Le blog des conseils de Pierre

Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

En Aveyron, l'attrait du Camino

Tous les chemins mènent-ils à Saint-Jacques ? Villeneuve-d'Aveyron en marche vers le classement Unesco ? Tels sont les titres interrogatifs d'articles de La Dépêche. Pourquoi ces interrogations ? Manifestent-elles des réserves ou des doutes de la part des journalistes ? Elles conviennent en tout cas pour manifester les nôtres.

29/07/2017


Les peintures murales de l'église de Villeneuve d'Aveyron

Miracle du Pendu-dépendu, saint Jacques soutient le jeune homme injustement condamné
Miracle du Pendu-dépendu, saint Jacques soutient le jeune homme injustement condamné
Pour comprendre l'intérêt des ces peintures, il convient de les placer dans le cadre des recherches actuelles sur le patrimoine iconographique. Les informations suivantes sont extraites de la thèse d'histoire de l'art de Janine Michel, soutenue en 2011, sous la direction de Michel Pastoureau.
L'étude de l'Iconographie du pèlerin et du pèlerinage, XIe-XVIe siècle,  lui a permis de constater le grand nombre de  représentations du miracle du pendu-dépendu auxquelles elle a consacré un chapitre. En  voici des extraits  :
<<
A Villeneuve-d’Aveyron (Aveyron), les fresques de l’église du Saint-Sépulcre, chapelle nord (14e siècle) sont l'une des nombreuses représentations du miracle le plus connu figurant parmi les 22 miracles de saint Jacques rassemblés dans le Codex calixtinus. Ce miracle dont il existe plusieurs variantes a inspiré de nombreux artistes. Plusieurs autres représentations sont situées dans l'ancienne grande Aquitaine :
A Jézeau (Hautes-Pyrénées), un retable de l’église Saint-Laurent, du 16e siècle, comporte une scène de la légende.
A Tarbes (Hautes-Pyrénées), un chapiteau du cloître du jardin Massey (14e siècle ?) originaire de Trie-sur-Baïse : deux épisodes sur trois faces. Cette représentation est peut être l’une des images du Paradis dont le cloître est le symbole terrestre.
A Saint-Flour (Cantal), fresque du pendu dépendu du réfectoire du couvent des Jacobins (15e siècle ?).
A Virargues (près Murat, Cantal) sur le mur du chœur de l’église Saint-Jean-Baptiste, un grand saint Jacques et un petit gibet (15e ou 16e siècle)
A Murat (Cantal) dans une chapelle de l’église, sur un tableau d’un artiste espagnol, offert au 17e siècle par un marchand, le sieur Malasagne.
En France, on en retrouve aussi à
La Chapelle-Gauthier (Eure), Lisieux (Calvados), Rouen (Seine-Maritime), Canville-la-Roque (Normandie), Eygliers (Hautes-Alpes).
>>
Ce miracle concerne des pèlerins en route vers Compostelle. La plupart des représentations montrent donc ces pèlerins soit à leur arrivée à l'auberge, soit partant tristement vers Compostelle, après la pendaison, soit à leur retour. Dans ce contexte, la présence de pèlerins sur le mur d'une église ne témoigne pas que des pèlerins soient passés par là.

La photo et la carte ci-dessous sont également extraites de la thèse de Janine Michel. Membre de la Fondation, elle a travaillé en lien avec Denise Péricard-Méa sur les aspects historiques. Un adhérent de la Fondation lui a apporté un concours pour la mise au point de la base de données iconographiques qui reste à la disposition de la Fondation.
 

Châtillon sur Seine, église Saint-Nicolas, baie 6, Verrière des pèlerins de Saint-Jacques, peinte par un atelier de Tours, vers 1548-1550. (cinq scènes de 115 x 220 cm pour le miracle du pendu dépendu). A leur retour de Compostelle, le père et la mère  se dirigent vers le gibet.
Châtillon sur Seine, église Saint-Nicolas, baie 6, Verrière des pèlerins de Saint-Jacques, peinte par un atelier de Tours, vers 1548-1550. (cinq scènes de 115 x 220 cm pour le miracle du pendu dépendu). A leur retour de Compostelle, le père et la mère se dirigent vers le gibet.

Les représentations du pendu-dépendu en Europe

Cette carte des représentations du pendu-dépendu en Europe montre qu'elles ne sont pas liées à des chemins vers Compostelle
Cette carte des représentations du pendu-dépendu en Europe montre qu'elles ne sont pas liées à des chemins vers Compostelle




Lu 188 fois
Fondation Ferpel

Compostelle, pèlerinage et société | L'Itinéraire culturel européen | L'inscription au Patrimoine Mondial | Pèlerins et pèlerinages | Patrimoine | Les bonnes pages | Compostelle-Cordoue








Livres de Denise Péricard-Méa
JEAN DE TOURNAI_VW
Matamore
Neuf pèlerins racontent
Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial
Les mythes de l'apôtre saint Jacques
Le Manuel du pèlerin
Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle
De nuremberg à Grenade et Compostelle
De la Bohême jusqu'à Compostelle
Brève histoire du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle