" Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l’époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa.

L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963

1963, l’aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d’Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu’ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d’aujourd’hui, qu’ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d’équitation d’extérieur.



Le blog des conseils de Pierre

Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

L'Institut européen des Itinéraires culturels

Le document que nous reproduisons ici a une valeur historique. C'est la présentation de l'Institut faite par son premier directeur lors de son installation à Luxembourg. Il ne donne pas d'information sur le statut actuel de l'institut.

18/01/2017


Le Bureau de l'Institut en 2002 (cl. Michel Thomas-Penette)
Le Bureau de l'Institut en 2002 (cl. Michel Thomas-Penette)
L'institut Européen des Itinéraires culturels est installé au Grand-Duché de Luxembourg depuis juillet 1997 et, depuis 1998, il est chargé d'assurer non seulement la continuité, mais aussi le développement du programme des itinéraires culturels du Conseil de l'Europe.    
Il a été créé par sur la base d'un Protocole d'Accord politique signé entre le Conseil de l'Europe et le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg. Ses missions principales dépendent d'un cahier de charges et d'un Accord administratif signé entre l'Institut et le Conseil de l'Europe.

L'Institut Européen des Itinéraires culturels est placé sous le régime des Associations sans but lucratif de droit luxembourgeois et dépend de deux tutelles principales.
Le Conseil de l'Europe a confié à l'Institut le suivi des itinéraires déjà élus, la coordination et l'assistance technique des réseaux, en particulier dans leur développement en Europe centrale et orientale, l'instruction des nouvelles propositions, ainsi que la diffusion des informations et la mise en place d'une base de données qui constituera la mémoire du programme des itinéraires culturels.
Le Grand-Duché de Luxembourg a accueilli l'Institut, en mettant à sa disposition des locaux et des outils de travail, et contribue également de manière très active au développement du programme par l'intermédiaire du budget du Ministère de la Culture, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Il lui confie également des missions spécifiques, notamment en matière de tourisme culturel et de réflexions sur les questions fondamentales de la mémoire européenne et lui permet de travailler dans le cadre des accords culturels bilatéraux.
Mais en raison de son statut d'institution privée, les deux tutelles ont demandé à l'Institut de s'inscrire également dans une logique d'agence technique dont les activités de partenariat et de service doivent lui permettre de trouver une indépendance financière.
 Répondant à des logiques complémentaires, l'Institut est donc à la fois :
Un service public européen
•    Qui aide les porteurs de projets à rechercher des partenariats européens, à analyser les actions…;
•    Qui assure des missions politiques et culturelles : concrétisation des axes prioritaires de la politique mise en œuvre par le Conseil de l'Europe (identité européenne, multiculturalisme, protection des minorités, dialogue inter religieux, sécurité démocratique, prévention des conflits…);
•    Qui travaille à rendre mieux lisibles et mieux visibles les cadres réglementaire du Conseil de l'Europe en mettant en application sous forme d'actions pilotes et de bonnes pratiques: le Règlement des itinéraires culturels, les Conventions et Chartes concernant la culture, le patrimoine, le paysage...;
•    Qui effectue un travail de veille culturelle et d'observatoire pour mieux informer les porteurs de projet sur l'évolution de la coopération pan-européenne et du tourisme culturel;
Et une agence technique :
•    Qui établit des conventions de partenariats et d'objectifs visant la mise en œuvre de projets fondés sur la pluridisciplinarité, l'implication des acteurs publics et privés, l'implication des mécènes et sponsors…;
•    Qui prépare des études et des rapports;
•    Qui prépare, monte et produit des expositions, et édite ou co-édite des ouvrages ou des produits multimédias.

Lu 70 fois
Michel Thomas-Penette

Compostelle, pèlerinage et société | L'Itinéraire culturel européen | L'inscription au Patrimoine Mondial | Pèlerins et pèlerinages | Patrimoine | Les bonnes pages | Compostelle-Cordoue








Livres de Denise Péricard-Méa
JEAN DE TOURNAI_VW
Matamore
Neuf pèlerins racontent
Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial
Les mythes de l'apôtre saint Jacques
Le Manuel du pèlerin
Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle
De nuremberg à Grenade et Compostelle
De la Bohême jusqu'à Compostelle
Brève histoire du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle