" Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l’époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa.

L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963

1963, l’aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d’Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu’ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d’aujourd’hui, qu’ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d’équitation d’extérieur.



Le blog des conseils de Pierre

Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

L'entrée au royaume de France de Jérôme Münzer à son retour de Compostelle

En 1495, revenant de Compostelle en passant par Pampelune et se dirigeant vers Toulouse, Jérôme Münzer rentre chez lui en livrant à son habitude quelques observations sur les régions traversées.

30/01/2012


Un ami évêque, enfant de Buzy

Le récit de Jérôme Münzer
Le récit de Jérôme Münzer
Un long périple a conduit Jérôme Munzer, médecin et humaniste, de Nüremberg jusqu’en Espagne et au Portugal, en passant par Compostelle. Il rentre chez lui en passant par Pampelune, au royaume de Navarre. Il y rencontre le roi, Jean d’Albret, par l’intermédiaire de l’évêque du Couserans. 
 Grâce à monseigneur l’évêque du Couserans, en Gascogne près de Toletum, nous avons pu rencontrer le roi.
Qu'est-ce que Toletum ? Ce n’est pas Tolède. Peut-être Tourtouse ? ou Toulouse ?),
Qui est cet évêque ? Et qu’est-ce que le Couserans ?

L’évêque est Jean d’Aule alias Jean de La Salle (1445-1515), né à Buzy dans le manoir connu encore aujourd’hui comme la « maison de l’évêque ». Depuis 1475, il était évêque du Couserans, un petit diocèse dont le siège était à Saint-Lizier (Ariège), charge qu’il a cumulée, après le passage de Münzer, avec celle d’évêque de Lescar, près de Pau. Il était en même temps, selon son épitaphe, chancelier de Foix et de Béarn nommé par Jean d’Albret, ce qui explique sa présence à Pampelune, à la cour du roi. Selon Münzer qui semble avoir longuement conversé avec lui, Jean d’Aule fut un « grand historien et savant ». Sachant que les voyageurs allaient passer dans son pays natal, il leur en raconte l’origine, d’une manière qui nous semble aujourd’hui plus légendaire qu’historique :

L'évêque du Couserans, grand historien et savant, nous dit qu'au temps où les Goths étaient arrivés de Gaule, et pratiquaient l'hérésie arienne, ils s'emparèrent par ruse de Burdegalis, maintenant Bordeaux, et l'enlevèrent aux Gascons. Ceux-ci ayant alors marché contre les Goths furent vaincus deux fois et ]Berne avaient chassé leurs seigneurs de leur territoire, et ceux-ci vinrent à Charles Martel qui leur accorda ce lieu, où ils sont maintenant, pour qu'ils y vivent à perpétuité ; à force de faire la guerre aux Goths sans arrêt avec l'aide des Gascons, ils les vainquirent enfin et les chassèrent en Espagne. Pour cette raison, le pape leur concéda à perpétuité la dîme de tous les fruits de la terre : les nobles conservent encore aujourd'hui ce privilège, et donnent fidèlement le quart de cette dîme au clergé.
[…]Leurs maisons, leurs champs, et tout ce qui leur appartient sont exactement semblables à ceux des Helvètes, et particulièrement des Bernois ; et ils aiment beaucoup les Allemands, parce qu'ils prétendent être de la même race.


Jean d’Aule est mort en 1515 et fut enterré dans son village natal qui s’enorgueillit aujourd’hui de posséder son gisant de marbre blanc, l’un des deux seuls que possède le Béarn. Le tombeau disparu est remplacé par un socle sur lequel repose l’effigie de l’évêque, dans ses habits épiscopaux. Il est identifié par l’inscription
I[ohanes] D[e] AVAL[a] IL A[nnis] COSER[enii]N EP[iscopu]S I[n] LASCVRR[ensis] ET[iam] CA[n]CELLA[ris] FOX[ii] ET BE[arnii]
« Jean de La Salle, pendant 40 ans évêque du Couserans et aussi de Lescar, chancelier de Foix et de Béarn ».


Dans les Pyrénées-Atlantiques

Descendant vers le nord à travers une touffue et obscure vallée nous sommes finalement arrivés au passage du vallon appelé château Saint-Jean . C’est là que commence la Gascogne, région qui comprend tout le territoire situé au pied des montagnes, du côté septentrional, pour ainsi dire de Perpignan à Bayonne, que baigne l'océan Atlantique. Mais la Gascogne compte plusieurs provinces séparées : comme par exemple la Bigorre, une partie de la Navarre, le comté de Foix (Fuxum), et la province de Béarn ; toute la région est montagneuse, et produit des fruits abondants, vin, blé, pommes, noisettes, et bien d'autres.
Le Béarn
Leur province a une superficie de trois cents lieues, 20 de longueur et 15 de largeur, où abondent les villages et les bonnes places fortes ; elle est extrêmement riche en vin, en blé, et en autres produits agricoles. La population compte 12 barons, 800 chevaliers, et cinquante mille foyers au total […] Ils nous traitèrent avec les plus grands honneurs. Ils possèdent aussi des mines d'excellent fer à Roncevaux et ailleurs. Aux environs de Roncevaux court une faille de fer exploitée depuis l’occupation romaine jusqu’aux XVIIIe-XIXe siècles (en France les mines de Banca exploitées depuis les Romains, celles de Saint-Etienne-de-Baigorri, d’Ossès ou de Larrau ; en Espagne celles d’Orbaitzeta. 

Quelques vestiges sont encore visibles à Banca et à Orbaitzeta). Non seulement on extrayait mais on fabriquait sur place armes et ferronneries. Le terme « excellent fer » signifie que le fer était pur de phosphore : ces types de gisements ont été abandonnés à la fin du XIXe siècle lorsqu’on a maîtrisé la déphosphoration et pu ainsi utiliser les abondants gisements lorrains.
Münzer est ensuite extrêmement impressionné par la fabrication du cidre, aujourd’hui l’une des spécialités de la région.
Pour les pommes, ils en ont tant que chaque année ils produisent en quantité extraordinaire un vin fabriqué à partir du jus de ces pommes passées au pressoir, qui se conserve 2 ou 3 ans. On dit même que si le récipient a été bien préparé, il peut se conserver de nombreuses années. Ce vin de pommes m'a beaucoup plu ; j'en ai bu tout mon content, et il m'a fait beaucoup de bien.
Tout en admirant les paysages, il se rend compte que la liberté qu’il vante n’est pas vraiment réelle car il y a rivalité entre le roi de Navarre et le comte de Foix. Le roi de Navarre est Jean d’Albret époux, en 1484, de Catherine de Navarre, la sœur de François Phébus et reine depuis la mort de ce dernier en 1483. Le comte de Foix est l’oncle de Catherine et prétendant au trône, ce qui engendre de nombreux troubles qui ne se terminent qu’en 1512 par l’annexion violente de la Navarre à la Castille.
En Gascogne, de nombreux torrents aux eaux limpides descendent des montagnes et contribuent à rendre la région plaisante à habiter. Ces Béarnais sont des hommes libres, en tout semblables aux Suisses dans leurs mœurs. Cependant, une partie reconnaît comme seigneur le roi de Navarre, une autre le comte de Foix, tout comme nos Suisses à nous reconnaissent l'autorité de l'Empereur.
Sans autre rencontre ou commentaire, Münzer traverse la région, par de mauvaises routes et sous la pluie, avant d’arriver à Toulouse :
Continuant vaillamment notre route avec nos chevaux, nous mîmes huit jours pour aller de Pampelune à Toulouse en passant par de nombreuses bonnes places fortes, comme Navarrenx , Morlaas , Saint-Michel , Saint-Mathieu , etc. 

Lu 256 fois
Denise Péricard-Méa

Compostelle, pèlerinage et société | L'Itinéraire culturel européen | L'inscription au Patrimoine Mondial | Pèlerins et pèlerinages | Patrimoine | Les bonnes pages | Compostelle-Cordoue








Livres de Denise Péricard-Méa
JEAN DE TOURNAI_VW
Matamore
Neuf pèlerins racontent
Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial
Les mythes de l'apôtre saint Jacques
Le Manuel du pèlerin
Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle
De nuremberg à Grenade et Compostelle
De la Bohême jusqu'à Compostelle
Brève histoire du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle