" Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l’époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa.

L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963

1963, l’aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d’Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu’ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d’aujourd’hui, qu’ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d’équitation d’extérieur.



Le blog des conseils de Pierre

Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Les millions de pèlerins de l’abbé Bernès

La recherche n’ayant pas apporté de possibilité de dénombrer des pèlerins par millions. Denise Péricard-Méa et Bernard Gicquel sont remontés aux sources. Ils ont montré que l’origine des millions de pèlerins médiévaux se trouve dans le Codex calixtinus.

04/10/2017


Le calcul de l’abbé Bernès

« Après s’être gaussée […] des journalistes, écrivains et auteurs qui ont surévalué le nombre des pèlerins au cours des siècles, Madame Péricard-Méa en vient à compter de ci de-là les pèlerins recensés à elle ou telle époque. Et c’est là que l’on s’aperçoit […] qu’elle ignore cette partie de l’arithmétique que sont l’addition et la multiplication. Sur la foi de quelques auteurs et de documents d’archives, elle découvre çà et là des chiffres, exacts certes, mais trop ponctuels pour en tirer des conclusions. Exemple :à Maubeuge 28 anciens pèlerins en 1413, 32 à Ath en 1421, 15 à Cordes (1459), 69 à Gand (1496). Au XVIe siècle, 50 à Châlons-sur-Saône, etc …
Madame Péricard-Méa profite de ces chiffres pour essayer de dégonfler l’inflation qu’elle reproche aux différents auteurs qui, selon elle, exagèrent en parlant de millions de pèlerins. Mais si l’on applique ces quelques pèlerins recensés dans quelques villes aux dizaines de milliers de villes et villages dans toute l’Europe, on arrive à une belle addition de pèlerins et si l’on multiplie ces pèlerins annuels par les centaines d’années au cours desquelles les pèlerinages se sont déroulés, il n’est pas exagéré de dire qu’il y a eu au cours des âges des millions de pèlerins. […]
En ce qui concerne notre Gers, lieu de passage de deux chemins, Arles et Le Puy, l’abbé Loubès dans son ouvrage Les chemins de pèlerinage dans le Gers affirme qu’il y eut au cours des siècles une moyenne d’hôpitaux tous les 5 km, ce qui prouve, étant donné le peu de population, l’abondance de pèlerins et d’autres voyageurs. Certes ces hôpitaux ne s’élevèrent pas tous en même temps, mais ils existèrent et fonctionnèrent durant de longues années. […]
Madame Péricard-Méa qualifie de délirante (le mot exact est « étonnante », Les routes de Compostelle, 2e édition 2006, page 102) la liste des pèlerins que détaille le Guide du XIIe siècle. Ne s’agit-il pas plutôt d’une pittoresque évocation poétique ? […] Seule compte pour elle la science froide, crue comme Evangile, certifiée exacte, définitive et tout le reste est balayé. Laissons Madame Péricard-Méa se débattre dans un invraisemblable fatras de chiffres et restons-en à la liste déjà longue des pèlerins saints et illustres précédés et suivis de tous les humbles et les petits que « Personne ne peut compter » comme le dit l’Apocalypse à propos des élus. […]
 
Nous n’étions pas nombreux, en cette année 1961, sur les chemin de saint Jacques, à marcher sous le soleil et sous la pluie vers Compostelle, 6 au total, 4 institutrices à huit jours devant nous, mon compagnon et moi. »

Une conclusion qui rapproche les points de vue

Et aujourd’hui ? […] En 40 ans les choses ont changé. Une overdose, pour employer le mot de Madame Péricard-Méa, s’est produite, jetant sue les chemins vrais pèlerins, Dieu merci, mais aussi sportifs, promeneurs, snobs suivant cette nouvelle mode et autres. Il importe de redonner et d’expliquer, sans exagération et sans contrainte, à ceux qui veulent connaître saint Jacques et ses chemins l’idéal que dans la conclusion de son ouvrage nous présente Madame Péricard-Méa dont voici quelques phrases bien utiles
L’année 2004 sera la prochaine année jubilaire de Saint-Jacques de Compostelle, la première du millénaire. J’ai pensé d’abord à mes amis pèlerins : non l’histoire n’enlève rien à l’imaginaire, elle ne gomme pas non plus les sentiments ni n’efface les rêves. Elle n’empêche pas de vivre sa foi. Elle élargit les perspectives.
 

Lu 84 fois
Fondation Ferpel

Compostelle, pèlerinage et société | L'Itinéraire culturel européen | L'inscription au Patrimoine Mondial | Pèlerins et pèlerinages | Patrimoine | Les bonnes pages | Compostelle-Cordoue








Livres de Denise Péricard-Méa
JEAN DE TOURNAI_VW
Matamore
Neuf pèlerins racontent
Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial
Les mythes de l'apôtre saint Jacques
Le Manuel du pèlerin
Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle
De nuremberg à Grenade et Compostelle
De la Bohême jusqu'à Compostelle
Brève histoire du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle