" Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l’époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa.

L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963

1963, l’aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d’Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu’ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d’aujourd’hui, qu’ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d’équitation d’extérieur.



Le blog des conseils de Pierre

Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Pour marcher les yeux ouverts

La thèse de doctorat d'histoire de Denise Péricard-Méa et les travaux de Bernard Gicquel, en particulier sa traduction intégrale du Codex calixtinus sont les fondements des publications de la Fondation. Sur leur base, les recherches ont été poursuivies jusqu'à l'époque contemporaine. Elles ont été confortées et enrichies par l'apport d'Ofelia Rey-Castelao, professeur à l'université de Santiago. Elles ont bénéficié des concours des chercheurs bénévoles et des étudiants qui ont travaillé avec la Fondation depuis sa création en 2002 sous l'égide de l'Institut Européen des Itinéraires Culturels. Cet article présente les principaux ouvrages publiés par Denise Péricard-Méa.

12/12/2014


La vision du XIXe

Compostelle vue par un curé du XIXe
Compostelle vue par un curé du XIXe
Ce livre fait rêver. Il date de la fin du XIXe siècle qui a découvert Compostelle et le tombeau de saint Jacques et inventé le Guide du pèlerin et les chemins de Compostelle. 
L'auteur ne dit pas s'il est allé à Compostelle mais son récit est celui d’un pèlerin, fut-il en « wagon capitonné ». Il a connu à Moissac un de ces pèlerins au chapeau encoquillé, avec cape et bourdon, promenant dans les processions des parfums de piété, d’aventure, de dangers et de dévotions. Il s’attache à faire revivre ces témoins d’un autre âge. Il s’émerveille et fait partager son enthousiasme. Paru en 1898 et réédité pour l’année jubilaire 1909, cet ouvrage témoigne de l'esprit d'une époque dont les idées sont dépassées.
Camille Daux, grand érudit, historien du diocèse de Montauban, a publié plusieurs ouvrages sur Compostelle et les chants de pèlerins.

 

Récits de pèlerins

Les récits de voyages à Compostelle apportent des informations de première main. Elles remplacent avantageusement l'imaginaire hérité des érudits qui, au XIXe siècle, ont découvert le dernier Livre du Codex calixtinus et en ont tiré des conclusions hâtives qui polluent encore l'histoire de Compostelle. Les véritables aventures des voyageurs de jadis donnent la juste mesure de l'aventure du pèlerinage contemporain.
Elles montrent des hommes de chair et d'os et non les multitudes imaginaires de pieux pèlerins médiévaux. Ils voyagent dans les mêmes conditions que les hommes de leur temps, grande différence avec les pèlerinages contemporains.

Un voyage à finalité politique et religieuse
Un voyage à finalité politique et religieuse
 Le 25 novembre 1465, Léon de Rozmital, seigneur tchèque, part de Prague en grand équipage pour un long voyage à travers l’Europe. Il se définit comme un pèlerin qui “voulait rendre visite à tous les royaumes chrétiens mais aussi à toutes les principautés ecclésiastiques et civiles en terres germaniques et romanes et voulait tout particulièrement se rendre au Saint-Sépulcre et au tombeau du bien-aimé apôtre Jacques … de telle sorte qu’il puisse tirer au mieux profit et avantage pour sa propre vie”. Ce projet se double du désir de “s’exercer dans l’art militaire” et “d’étudier les usages des différents pays”. Dans la ligne des ambassades du roi Georges, il s'agit aussi d'un voyage diplomatique.

Un savant, touriste et sans doute une mission politique
Un savant, touriste et sans doute une mission politique
 1494, la peste sévit à Nuremberg. Bien que médecin, Jérôme Münzer quitte la ville. Il entreprend un long voyage dont le récit est passionnant. En Suisse, il rencontre le pape, alors à Genève. Il traverse la France, puis parcourt l’Espagne et le Portugal. Témoin privilégié de la situation deux ans après la Reconquête, il donne de Grenade une description sans précédent. Sous couvert de voyage " touristique ", il est en mission diplomatique pour l’empereur Maximilien. Il rencontre les Rois Catholiques. Humaniste du XVe siècle, Münzer étonne souvent le lecteur contemporain. Ses précieuses informations sur l'Espagne du XVe siècle complèteront utilement les guides touristiques.

Un fabuleux voyage de dévotion
Un fabuleux voyage de dévotion
Ce récit d'un pèlerinage à Rome, Jérusalem et Compostelle est un vrai livre d'aventures. L'escapade au Jourdain était périlleuse. La flotte turque a menacé la galée des pèlerins. Le retour de Compostelle en hiver dans les inondations est à peine imaginable.
Marchand de drap à Valenciennes, l'auteur a un vrai sens de l'observation et un esprit très fin qui l'aident à sortir des situations les plus délicates.
L'adaptation du langage de l'auteur faite par Denise Péricard-Méa rend ce récit de " son ami Jean de Tournai " particulièrement attachant.

Des récits variés pour atteindre un même sanctuaire
Des récits variés pour atteindre un même sanctuaire
Ces neuf voyageurs des XVe et XVIe siècles ont en commun d’être allés à Compostelle et d’en avoir laissé un récit. Ils sont religieux, nobles ou militaires, et chacun révèle des intérêts, des inquiétudes et des objectifs particuliers. Ce livre ne cherche pas à établir à partir d’eux un portrait du pèlerin-type. Il a pour but de faire partager leur expérience.
Il intéressera bien sûr les pèlerins d’aujourd’hui, qui souhaitent “ mettre leurs pas ” dans ceux de leurs lointains prédécesseurs, le plus souvent sans les connaître.
Au-delà du monde pèlerin, tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et aux mentalités feront leur profit de cet ouvrage. Outre le récit du pèlerinage, les narrations de ces voyageurs ont l’immense intérêt d’être un remarquable fond historique montrant la situation politique de l’Europe à l'époque de ces pèlerinages.
 

Henri Roque a ouvert la voie au pèlerinage contemporain
Henri Roque a ouvert la voie au pèlerinage contemporain
1963,  4 cavaliers emboîtent le pas d’Henri Roque pour rejoindre à cheval Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour promouvoir le tourisme équestre, ils se trouvent engagés dans le développement du pèlerinage à Compostelle en réponse au souhait de Franco. Un livre unique par ses multiples aspects.

 

Deux sujets politiques

La thèse de Denise Péricard-Méa avait déjà souligné la dimension politique de Compostelle. Deux ouvrages l'ont explorée de façon plus approfondie et présentent une grande originalité. Facilement accessibles ils s'adressent à un large public intéressé par l'histoire.
 

La mécanique démontée d'une supercherie politique mal utilisée
La mécanique démontée d'une supercherie politique mal utilisée
L'inscription des chemins de Compostelle au Patrimoine mondial fait l'objet d'une large publicité. Grâce à elle des marcheurs du monde entier parcourent ces chemins contemporains. Mais obtenue par un subterfuge, elle repose sur des bases fragiles. La connaissance des cultes à saint Jacques et du patrimoine permet à la Fondation d'avancer des propositions.

En Espagne, au début du XIIe siècle, l'apôtre pêcheur se transforme en chevalier venant au secours des armées chrétiennes. Il apparaît dans le ciel, monté sur un cheval blanc, armé d’une épée et déployant un grand étendard. La chronique espagnole du XIe siècle Historia Silense place sa première apparition  lors de la bataille de Clavijo près de Logrono. Des images de ce cavalier apparaissent, comme, en 1175, dans la donation d'Uclès. Mais aucun qualificatif n'est  donné à saint Jacques. De nos jours, saint Jacques combattant est dit " Matamore ". Denise Péricard-Méa a  étudié l'origine du mot matamore. Elle montre qui l'a utilisé pour qualifier saint Jacques. Fait  surprenant, les lecteurs découvriront que les Sarrasins n’ont pas été les premières victimes de l’épée de saint Jacques.

 

Le livre du 1200e anniversaire

Denise Péricard-Méa a été choisie par le ministère de la Culture pour présenter le 1200e anniversaire de la découverte du tombeau de saint jacques commémoré en 2013.
Ce choix rend hommage à l'ensemble de ses travaux qui ont reçu ainsi une consécration officielle.
Accessible à tous, le livre édité à cette occasion est une excellente synthèse des connaissances actuelles sur le pèlerinage à Compostelle.

Panorama de tous les livres de Denise Péricard-Méa

Tous les livres publiés par Denise Péricard-Méa se trouvent sur Amazon. Certains peuvent y être feuilletés.
La Fondation met à votre disposition une boutique qui les présente et vous permet de mieux les connaître avant de faire votre choix.
Accès à la boutique

Lu 516 fois
Fondation Ferpel

Histoire | Société | Spiritualité | Recherche








Livres de Denise Péricard-Méa
JEAN DE TOURNAI_VW
Matamore
Neuf pèlerins racontent
Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial
Les mythes de l'apôtre saint Jacques
Le Manuel du pèlerin
Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle
De nuremberg à Grenade et Compostelle
De la Bohême jusqu'à Compostelle
Brève histoire du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle