Nouveaux regards sur Compostelle, le pèlerinage et les chemins de Saint-Jacques

Aux quatre vents de la Fondation


Rédigé par Fondation David-Parou le 30 Décembre 2020 modifié le 14 Janvier 2021

Cet article illustre les débuts de la Fondation, ses objectifs et surtout l'esprit dans lequel elle s'est mise au travail, sous la direction de Denise Péricard-Méa et sur les traces de David Parou



Permanence dans les objectifs, évolution des moyens

La Fondation est restée fidèle aux objectifs définis à sa création, tels qu'ils étaient présentés sur son premier tract :
- diffusion et partage du savoir né de la recherche sur le pèlerinage
- valorisation du patrimoine. Elle se voulait - et elle fut - ouverte à tous, réunissant des bénévoles, professionnels ou non, croyants ou non, intéressés par Saint Jacques, par ses cultes et pèlerinages, à Compostelle et ailleurs.
 
Ses moyens de diffusion furent la publication de livres et Internet. Son premier site est aujourd'hui le site portail d'une présence sur Internet diversifiée. Il est riche des archives, conservées depuis sa création en 2002. Il conserve par exemple la trace des premières activités de recherche de l'Union à Lyon ou Besançon parmi beaucoup de documents qui fond déjà l'histoire.
2004 Premier tract de présentation de la Fondation
2004 Premier tract de présentation de la Fondation

Les quatre vents

Le vent fut sans doute pendant longtemps le plus grand pourvoyeur de pèlerins à Compostelle. Il fit aussi sa richesse en favorisant le commerce après avoir poussé les Conquistadors vers l'Amérique.

Cette image du vent nous plaît car le vent donne la force d'avancer en gonflant les voiles du navire, obligeant sans cesse à adapter la voilure à sa force et louvoyer selon sa direction.
Les quatre vents qui nous font avancer correspondent aux quatre missions que nous avions l'ambition de remplir :
  • Etre une société savante, poussée par le vent du savoir,
  • Etre un centre d’information grâce au vent du partage,
  • Etre une coopérative de curieux, unis par le vent de l’ouverture,
  • Etre un pôle d’initiatives, sous le vent de la coopération.
 
En 20 ans de navigation nous avons fait de nombreuses escales (Denise a donné  en moyenne quatre conférences par an, sans compter les colloques et manifestations scientifiques) et visité beaucoup de ports étrangers. Nous avons transporté des milliards d'octets, publié 20 livres et plus de 5000 pages Internet.

Nous avons aussi connu des vents et des courants contraires, croisés des pirates et des corsaires, essuyé des tempêtes.
Mais l'équipage est bon, le navire solide à l'image des galées d'autrefois qui conduisaient en Terre Sainte des pèlerins comme Jean de Tournai qui à son retour de Jérusalem quitta Rome pour visiter Compostelle avant de rentrer à Valenciennes, son port d'attache.
 

Fondation David-Parou