Nouveaux regards sur Compostelle, le pèlerinage et les chemins de Saint-Jacques
Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le 14 août 1962 à Saint-Jacques des Blats, étape n° 82

Denise Péricard-Méa

L’étape 81 racontait l’immense honneur rendu au jeune curé de Saint-Jacques-des-Blats par l’archevêque de Compostelle en le recevant au terme de son pèlerinage de 1959. Trois ans plus tard, l’abbé Jammet apprend que ce même archevêque, Monseigneur Quiroga y Palacios, viendra au Puy rendre la visite qui lui avait été faite en 1951 pour le millénaire du pèlerinage de l'évêque Godescalc (étape 71). Le 15 août 1962, il présidera les festivités organisées pour le millénaire de Saint-Michel-l’Aiguilhe, chapelle fondée par Godescalc en 962.



PÈLERINER dé-CONFINÉS   Etape n°82

Séance tenante, l'abbé Jammet écrit à l'archevêque et l'invite à s’arrêter à Saint-Jacques-des-Blats la veille de son arrivée au Puy, le 14 août. Il y bénirait une stèle rappelant le passage des pèlerins en route pour Compostelle. A sa grande satisfaction, Monseigneur accepta cette invitation.
 

En 2004, lorsqu’il nous a raconté cette journée, l’abbé Jammet l’avait encore bien présente dans sa mémoire tant il en avait été marqué. C’est avec une émotion intacte qu’il nous a commenté les photos de cet événement.  
 

Il avait déjà eu l’idée de relier son église à celle de Compostelle, l'idée étonnante d’orner le tympan du porche d’une image de saint Jacques Matamore, spécifiquement espagnole. Mlle. Fonfrède, d'une famille amie, l'avait réalisée, avec des galets de couleurs.  Un cavalier sévère, moustachu, à la don Quichotte, avec barbiche, semblant porter non pas une épée mais un bourdon, y est désigné par l’inscription SAINT JACQUES. Bref, une œuvre dont l’abbé était très fier mais qui peut faire trembler les puristes.
 

Le tympan de l'église réalisé par Melle Fonfrède
Le tympan de l'église réalisé par Melle Fonfrède

La stèle sur le lieu de sa bénédiction
La stèle sur le lieu de sa bénédiction

Quant à la stèle, on ne connaît ni l’origine de la pierre, ni son sculpteur. L’abbé Jammet en rêvait sans doute depuis longtemps, a-t-il profité de cette invitation pour la réaliser ? Elle était érigée sur la route nationale en direction de Vic-sur-Cère, au milieu du village, au pied d’une pente non encore construite. Elle est dédiée « aux pèlerins de Compostelle » gravée d’un pèlerin surmonté d’une étoile percée dans la pierre. A cette époque, personne n’a pensé qu’au Moyen Age aucune route ne traversait le village, la route étant tracée sur les crêtes. Si pèlerin il y a eu, il est venu prier saint Jacques dans ce qui n’était qu’une minuscule chapelle. Et il est rentré chez lui. Sans le savoir, l’abbé Jammet faisait de son église une petite Compostelle.


La visite de l’archevêque

La journée a commencé par une messe solennelle à l’église, célébrée par Mgr. Quiroga y Palacios en présence de l’évêque de Saint-Flour, Mgr. Pouchet.  A l'entrée de l'église, Mgr Quiroga y Palacios a été accueilli par une enfant lui offrant un bouquet de fleurs.

A la sortie de la Messe les jeunes de la paroisse faisaient une haie d'honneur. Suivis d'une foule importante et joyeuse en ce beau jour d'été, l'archevêque, le clergé et les autorités civiles se sont dirigés en procession vers la stèle.

Au pied de la stèle se sont regroupées les autorités religieuses et civiles. Au centre Mgr. Quiroga  avec, à sa gauche l’abbé Jammet et, légèrement à l’arrière, Mgr. Pourchet. A la gauche de ce dernier, deux prêtres espagnols, à sa droite, deux prêtres.

 

La foule devant la stèle
La foule devant la stèle

Le grand moment
Le grand moment
La cérémonie commence par une allocution de Mgr. Quiroga, suivie par la bénédiction solennelle de la stèle. Plusieurs discours se sont succédés. L’abbé Jammet n’avait gardé que celui du docteur Maurice Delort, Conseiller Général et médecin du canton, prononcé dans le patois local. Il nous en a donné le texte et la traduction qu’il en avait faite.

« Noun Seinhour,

Penso de moun deber de Counseillé Général d’ô Sent Jacques des Blats, de m’ensserbi de le lenguo des Anciens per bous rendre gracias de l’honour que nous fasès en beni dans nostros mountanhos et per bous dire cossi estimons eici, anhuéi, lou prix de la presence del plus grand ebesquo d'Espanho. ...

 


« Monseigneur,
Je pense de mon devoir de conseiller général de Saint-Jacques-des-Blats de prendre la langue de nos anciens pour vous remercier de l’honneur que vous nous faites en venant dans nos montagnes, et pour vous dire combien nous apprécions aujourd’hui, ici, le prix de la présence du plus grand évêque d’Espagne ». ....

Dans la prochaine lettre l'intégralité du discours et mes commentaires qui le replaceront dans l'histoire du début des années 1960.
 
Après la bénédiction, le retour de la procession. L'abbé Jammet présente à Mgr Quiroga le document souvenir de cette journée. A droite, Mgr Pouchet
Après la bénédiction, le retour de la procession. L'abbé Jammet présente à Mgr Quiroga le document souvenir de cette journée. A droite, Mgr Pouchet

Les signatures du document souvenir de cette inauguration
Les signatures du document souvenir de cette inauguration
 
Je remercie la mairie de Saint-Jacques-des-Blats pour les informations qu'elle m'a données sur la situation actuelle du village  et pour m’avoir mise en relations avec Mme. Annie Bruel. Bien qu'elle n'ait pas assisté à la cérémonie du 14 août,  cette paroissienne de l'abbé Jammet  a enrichi cet article de ses souvenirs et de sa connaissance du village.

 

Vos libres contributions solidaires assurent la gratuité de ces envois.
chèque à Fondation David Parou Saint-Jacques,
39  rue du Sergent Bobillot, 37000 TOURS

ou paiement en ligne proposé par HelloAsso