Nouveaux regards sur Compostelle, le pèlerinage et les chemins de Saint-Jacques

Le Missel de la confrérie de Narbonne, étape 102


Rédigé par Fondation David-Parou le 29 Mars 2021 modifié le 30 Mars 2021

Cette étape 102 est endeuillée par la triste nouvelle de la mort de notre ami Gérard Jugnot



In Memoriam Gérard Jugnot



Il avait marché sur le chemin du Puy vers Compostelle
Il lui a consacré sa thèse de doctorat en droit en 1979
Successeur de René de La Coste-Messelière à la présidence
de la Société des Amis de Saint Jacques en 1996,
il est mis en minorité en 1998,
sans avoir vécu l'inscription des chemins au Patrimoine mondial.
Avocat au barreau de l'Aube, il était aussi Maître de conférences d’histoire du droit à l’Université de Reims-Champagne-Ardenne


Dès avant sa retraite d'avocat, il nous avait confié son envie

« de se remettre au travail pour saint Jacques  ».
Il a apporté son concours à la Fondation.
Intervenant aux journées de Gradignan en 2018,
il était membre fondateur du projet
Etoiles du Patrimoine Saint-Jacques.

 
Gérard Jugnot, pèlerin de Compostelle 
​a été accueilli par saint Jacques, au bout de la Voie lactée
le vendredi 26 mars 2021
Il nous avait rappelé un projet qui était très cher à son prédécesseur, celui de fonder un « Institut Saint-Jacques ». La Fondation l'a réalisé par le dépôt des statuts d'un Institut de recherche Jacquaire. Elle forme le voeu qu'il porte un jour le nom de René de La Coste-Messelière.
 
* * * * *
* * *
*

A l'origine de l'étape 102, un sceau de confrérie

 
En janvier dernier, Bernard Cauquil, animateur à l’association Camins, m’a envoyé la photo de la matrice d’un sceau représentant un saint Jacques pèlerin entouré de ces mots « Confrérie des pèlerins de la ville de Narbonne ». Une confrérie Saint-Jacques dont j’ignorais tout alors que j’en ai étudié beaucoup dans ma thèse… 
 
Il n’en fallait pas davantage pour me mobiliser et entreprendre des recherches. En questionnant Internet, j’ai trouvé un mémoire de Master 2 de Marie Weibel consacré à l’étude d’un missel acheté par la « confrérie Saint-Jacques de Narbonne » en 1358. Comment savoir s’il existe un lien entre des deux objets ? Cinq siècles les séparent car le sceau a été daté du XIXe siècle. Ont-ils une histoire commune ? 
 
Mon enquête s’enlisait jusqu’à ce que je découvre le travail d’un troisième contributeur ; en 1994, il avait écrit un article sur l’histoire de l’église Saint-Jacques en cours de démolition. Sans l’avoir cherché, il apportait des réponses.
 
Cette lettre et la prochaine présentent cette histoire et apportent des éclairages sur la vie des hommes ayant vécu sous la bannière du saint qui nous est cher.

Première étude, celle du missel

Google ouvrait sur la publication du mémoire de master 2 soutenu, en 2016, à Lyon, à l’Ecole Nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothécaires par Marie Weibel. Dans le long titre, le « sanctoral de la confrérie Saint-Jacques de Narbonne », autrement dit le « missel » figurait la mention de son achat, en 1358, par les membres de la confrérie Saint-Jacques. Belle surprise !

Joindre l’auteur fut facile, celle-ci, aujourd’hui bibliothécaire, a volontiers accepté de simplifier une partie de son étude et de nous l’offrir. Qu’elle en soit d’autant plus remerciée qu’à ce jour je n’ai pas connaissance d’une étude semblable sur un missel de confrérie Saint-Jacques.

Je lui laisse la parole, sachant que sa recherche portait sur une étude comparée de cet ouvrage avec celui d’une confrérie de l’Aumône de la Miséricorde de Nice, et non sur l’histoire de la confrérie Saint-Jacques.
 

Datation du missel

La confrérie Saint-Jacques de Narbonne n'a pas laissé beaucoup de traces, si ce n'est le missel acquis en 1358 pour 120 florins et aujourd'hui conservé à la médiathèque de Narbonne sous la cote Ms 1. L'appartenance du missel à la confrérie Saint-Jacques de Narbonne est attestée par une note finale, le colophon, au dernier feuillet de l'ouvrage. Il s'agit d'un cours texte de 5 lignes en langue d'oc qui précise que l'ouvrage a été acheté par Paul Monbrun, P. Ticheire et B. Garin pour la confrérie Saint-Jacques de Narbonne le 3 mars 1358. Le fait que Paul Monbrun est dit manganier, c'est à dire boulanger, nous laisse penser que cette confrérie n'accueillait pas de notables mais des membres moins aisés de la société narbonnaise. 
Cet ouvrage est le seul témoin qui nous reste de la vie de la confrérie et de ses membres au Moyen-âge. 
Le Missel est visible en entier sur Internet.  Voir la procédure en fin d'article.
Le calendrier des fêtes du mois de juillet
Le calendrier des fêtes du mois de juillet

Composition du missel

Il s'agit d'un manuscrit liturgique qui contient les textes utilisés par un prêtre pour célébrer la messe à l'attention des membres de la confrérie. Il est composé de 289 feuillets de parchemin, ce qui en fait un ouvrage volumineux pour ce type de document. Il comporte ainsi un calendrier des fêtes de l'année et un grand nombre de formulaires de messes classés dans trois grandes parties. 

Ces formulaires sont plus ou moins complets, selon l'importance, au sein de l'année liturgique, du dimanche ou de la fête concernés. Les formulaires de messe des fêtes les plus importantes, telles Noël, Pâques ou la fête de saint Jacques saint patron de la confrérie (feuillet XLIII, recto), peuvent comprendre jusqu'à une dizaine de pièces, les trois oraisons traditionnelles (prières de l’entrée, de l’Offertoire et de fin), des lectures, tels une épître et un évangile, et parfois des versets. 

Folio XLIII
Folio XLIII
Les formulaires de messe des fêtes jugées moins importantes ne comprennent souvent que les textes des trois oraisons. De plus, les textes du canon de la messe, qui correspondent à ceux obligatoirement utilisés lors de tous les offices et qui commencent par le Sanctus et se terminent par l'Agnus dei, sont regroupés dans une rubrique à part.
Ces formulaires sont ainsi classés en trois grandes parties dans le missel, le temporal, le sanctoral et la liturgie votive.
La première partie du missel appelée le « temporal », comprend les textes utilisés pour célébrer la messe les dimanches, lors des temps forts de Pâques et Noël et lors des jours jugés non festifs de la semaine, appelés féries.
La seconde partie du missel est le « sanctoral ». Ce dernier contient les textes à utiliser lors des messes célébrées à date fixe en l'honneur d'un saint ou d'une sainte et appelés « propres des saints ». Le missel de la confrérie Saint-Jacques présente 161 propres des saints, ce qui est un chiffre remarquable.
Enfin la troisième partie du missel présente des formulaires de messe de la « liturgie votive ». Il s'agit des messes qui n'ont pas de relation avec les fêtes du jour et que le célébrant organise selon les circonstances. Il peut s'agir de messes contre les tempêtes, pour de bonnes récoltes ou pour des défunts. Le missel de la confrérie Saint-Jacques compte 62 formulaires de messe pour la liturgie votive.

Une inconnue, l’usage qui en a été fait

Folio CLXXXIIII recto
Folio CLXXXIIII recto
Ce type d'ouvrage pouvait avoir deux vocations très différentes au Moyen-âge. Il pouvait s'agir d'un livre d'apparat ou d'usage. Un missel d'apparat n'était pas destiné à être utilisé mais, de par ses ornements, il devait manifester l'appartenance de son propriétaire à la bonne société, contrairement à un missel destiné à être utilisé par un prêtre pour célébrer des messes. 
Le fait que le missel de la confrérie Saint-Jacques de Narbonne ne soit que très peu orné, initiales bleues et rouges peu stylisées et une seule miniature représentant la crucifixion du Christ au folio CLXXXIIII recto, nous laisse penser qu'il était bien destiné à être un ouvrage d'usage. Cette hypothèse est étayée par la présence d'indications destinées au célébrant, dans le canon de la messe, lui rappelant par exemple à quel moment s'incliner ou hausser la voix. 
Deux ajouts manuscrits dans le calendrier, la fête de la translation de saint Paul évêque de Narbonne (juillet), et celle de saint Thomas, apôtre (décembre) laissent à penser qu’il servait encore au XVe siècle.
Les feuillets sont parsemés d’annotations qui semblent même postérieures, sans compter la pagination, qui semble elle aussi postérieure. Enfin, le manuscrit présente un certain degré d’usure, des marques de tournage des pages, des taches, une reliure sans doute rajoutée à l’entrée dans la bibliothèque. Contemporaine de la reliure, une étiquette de cuir attachée à la dernière page est gravée MISSALE VETUSTUM.
Ensuite, ce missel est probablement entré dans la bibliothèque des archevêques de Narbonne avant d’entrer dans le fonds de la bibliothèque de Narbonne après les saisies révolutionnaires. 

Fonctions du missel

FolioLXXXXVI
FolioLXXXXVI
Cet ouvrage possède quelques particularités qui rappellent sa fonction de missel de confrérie. La dernière partie, contenant la liturgie votive, est d'une grande importance pour ces organisations puisque s'y trouvent les formulaires de messes que les confrères vont utiliser pour rendre hommage aux membres défunts de la confrérie et pour remplir leur fonction principale qui est celle d'encadrement de la mort. 
 
L'acquisition d'un missel par la confrérie Saint-Jacques de Narbonne une dizaine d'années après le début de l'épidémie de Peste Noire, alors que des résurgences de la maladie sont fréquentes à Narbonne et que la ville entre dans une période de déclin économique, s'inscrit dans ce contexte trouble du milieu du XIVe siècle. 
Il est donc naturel pour la confrérie Saint-Jacques de prendre en charge les attributions d'encadrement de la mort, tradition de ces associations. 
 
L'ouvrage de la confrérie atteste de ces devoirs funéraires et a pu être utilisé pour célébrer des messes-anniversaires et pour honorer les défunts, spécialement les membres de ladite confrérie. 11 formulaires de messes du missel se rapportent ainsi à la liturgie funéraire, tels que la missa pro anniversario, se rapportant aux messes-anniversaires que nous venons d'évoquer, ou la missa pro hominiis qui jacent in cimiteriis, pour les défunts reposant dans les cimetières, ou encore les deux missa plurimorum defunctorum, les messes pour plusieurs défunts. 
 
Marie Weibel

Un très grand Merci à Marie Weibel de nous avoir permis d’entrevoir la vie des confrères par l’intermédiaire de cet ouvrage qui a partagé leur vie et orienté leurs prières pendant des décennies.
Nous en apprendrons davantage la semaine prochaine en tentant de faire le lien avec le sceau.

Voir le manuscrit du Missel

​Voici la procédure pour consulter le manuscrit MS 1 « missel à l’usage de la confrérie de Saint-Jacques » dans la bibliothèque numérique du portail de la Médiathèque du Grand Narbonne :
1. Connectez-vous sur le site de la Médiathèque à l’adresse suivante :  http://mediatheques.legrandnarbonne.com/Default/accueil-portal.aspx
2. Dans l’onglet « patrimoine » cliquer sur « patrimoine numérisé » : http://mediatheques.legrandnarbonne.com/Default/patrimoine-numerique.aspx

3. Dans la fenêtre N@rbonum, cliquer sur l’onglet bleu TOUT VOIR, à gauche sous les vignettes

4. A droite dans la fenêtre « Affinez votre recherche », cliquer sur « manuscrit » dans type de document, le missel de Saint-Jacques est le 4e.
5. Vous pouvez cliquer sur la vignette ou sur le titre où apparait la numérisation du manuscrit. Un chemin de fer apparait dessous et plusieurs modes de visionnage sont possibles (plein écran, mosaïque, liste…) vous pouvez zoomer sur l’image en cliquant dessus.
Florence ORTOLA Adjointe à la direction
Responsable du Pôle politique Documentaire de la Médiathèque 
 
Nous remercions Florence Ortola de ces informations détaillées qui faciliteront et enrichiront vos visites du site de la Médiathèque.

Complément à la lettre 101

Rechercher des pèlerins dans les archives paroissiales


Notre ami Pierre Prénat a appelé notre attention sur une variante de la procédure de recherche, car il y a des variations dans les intitulés selon les sites des départements.
Il ne faut pas choisir Etat civil mais Registres paroissiaux. Quoi qu'il en soit pour votre département nous vous souhaitons de fructueuses recherches.

 

Vos libres contributions solidaires assurent la gratuité de ces envois.
chèque à Fondation David Parou Saint-Jacques,
39  rue du Sergent Bobillot, 37000 TOURS

ou paiement en ligne proposé par HelloAsso

Denise Péricard-Méa

Fondation David-Parou