Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Le pèlerin qui gobe le poisson de Compostelle

Une aimable tradition qui ne se perd pas.

12/04/2015


Nous avons reçu dans la matinée du mercredi 1er avril ce message enthousiaste d'un pèlerin :
L'Hôtel de Cluny, autrement connu sous le nom de Musée National du Moyen-Age, reçoit les marcheurs au long cours de passage dans la capitale, qu'ils se rendent à Compostelle, à Vézelay ou au Mont Saint Michel.
La culture est l’histoire s'adaptent et se mettent au service du maintenant ! Joli geste et belle émotion. Bravo Paris. Dormir en mode pèlerin au cœur de la Capitale, c'est énoooooooorme. Félicitations à tous ceux qui ont cru et œuvré à cette réalisation. Bienvenue aux heureux futurs pèlerins. Ultreïa !
Message suivi de la source de son information  et confirmé par quelques autres dans la journée.

Habitués aux extravagances en tout ce qui concerne Compostelle et au manque d’intérêt du ministère de tutelle de ce musée pour les résultats de la recherche historique sur ce sujet, nous n’avons pas imaginé que l’annonce soit un magnifique poisson d’avril. Nous l’avons découvert en constatant que ni le site du musée ni celui du ministère n’annonçaient cette initiative ainsi démentie

Nous profitons de cette agréable plaisanterie pour rappeler que la coquille est un meuble héraldique dont la présence (par exemple au dossier d'une chaise) ne signifie ni que le porteur soit allé à Compostelle ni qu'il lui soit lié de quelque manière.

 

Lu 596 fois
Fondation Ferpel

Compostelle, pèlerinage et société | L'Itinéraire culturel européen | L'inscription au Patrimoine Mondial | Pèlerins et pèlerinages | Patrimoine | Les bonnes pages | Compostelle-Cordoue