Nouveaux regards sur Compostelle, le pèlerinage et les chemins de Saint-Jacques
Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pèleriner dé-Confinés, 59e étape

Denise Péricard-Méa

La 48e étape du pèlerinage confiné ouvrait un chapitre majeur de l'histoire contemporaine de Compostelle en proposant des signes avec lesquels Franco a marqué le chemin de Compostelle. Cet article s'ouvre sur le plus emblématique d'entre eux la croix-épée de Saint-Jacques fichée sur le château de Clavijo.



La galerie d'images

Pèleriner dé-Confinés, 59e étape
Cette galerie présente les images de la 48e étape de " Pèleriner confiné " du 5 mai 2020.
Cette étape invitait  à ouvrir les yeux sur des témoins du passé, souvent méconnus ou parfois volontairement occultés. Elle offrait des possibilités de mieux connaître et comprendre l'histoire de l'Espagne. Pöur ceux qui préfèrent voir les images et revenir ensuite au commentaire :
Après la guerre civile, l'Espagne a été présentée sous la bannière de saint Jacques, vénéré à Compostelle. Ce sanctuaire galicien, oublié mais présent dans l'imaginaire  collectif européen, avait été redécouvert par des érudits à la fin du XIXe siècle.
Dans la première moitié du XXe siècle, des ecclésiastiques et des chercheurs s'y intéressèrent, et organisèrent quelques pèlerinages collectifs. Parmi eux, il faut citer Charles Pichon, journaliste catholique français qui organisa un pèlerinage en 1938.  Jusqu'à son décès, en 1963, il fut le promoteur d'une vision de Compostelle facteur de paix entre les nations, sans pouvoir organiser un pèlerinage pendant la seconde guerre mondiale.
A partir de 1950, il fit partie des intellectuels français qui ont mobilisé l'Europe pour que Compostelle devienne le phare éclairant la voie du retour de l'Espagne dans l'espace culturel européen.
Plusieurs pèlerinages furent des étapes importantes sur ce chemin. L'année sainte 1954 permit ainsi à l'association Pax Christi. de réunir ses membres à Compostelle

Les lettres hebdomadaires

Conformément au souhait exprimé par beaucoup de pèlerins confinés que leur pèlerinage ait une suite, Denise a fait des propositions dans la lettre de l'étape 55.
Elle est accessible ici et maintenant ou plus tard.

Nous avons pu partager avec plaisir ce pèlerinage confiné grâce à la vie associative de la Fondation., fondée en 2002.
Nous aimerions le poursuivre en sortant de l’anonymat des seules adresses électroniques.
Vous avez aimé ce pèlerinage ... vous pouvez participer à sa suite en nous rejoignant ici, maintenant ou plus tard sur les pages de la Fondation du site Hello Asso.