Nouveaux regards sur Compostelle, le pèlerinage et les chemins de Saint-Jacques
Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quatre affiches pour l'année sainte 1943 !

Denise Péricard-Méa

Je pensais illustrer le pèlerinage de 1943 par l’affiche de l’année sainte. Il n'y en a pas une, mais au moins quatre, d'origines diverses, portant cette date !
Ne vallait-il pas la peine de leur consacrer une Lettre ?
Leur recherche m'a permis en outre de trouver une série de neuf timbres.



PÈLERINER dé-CONFINÉS
Avec Denise Péricard-Méa et les Constellations Saint-Jacques
Etape n°68

Porter Compostelle aux quatre coins du monde

Ces neuf timbres représentent (de gauche à droite, en commençant en haut à gauche) :

- Le reliquaire de la dent de saint Jacques, offert par le bourgeois de Paris Cocatrix en 1321, gardé dans le Trésor de la cathédrale et porté en procession le 25 juillet !
- L'urne contenant les ossements retrouvés au XIXe siècle, " tombeau " de saint Jacques
- Le chapiteau des lions, dans la cathédrale
- La porte sainte
- La statue de l’apôtre sur le maître- autel
- La tête de la statue de saint Jacques porche de la Gloire
- La cathédrale, vue générale
- Le botafumeiro
- Le chapiteau de la Trinité, sur la colonne centrale du porche de la Gloire,.

 

 

Affiche de la direction générale du tourisme
Affiche de la direction générale du tourisme

Une affiche pour trois ans

L’affiche montre le saint pèlerin, auréolé de lumière, arrivant à Compostelle. Il marche vers la cathédrale, ultime fin du camino de Santiago, dans un halo bleuté, au sein d’une nuit noire où scintillent les étoiles.
Le nom de la ville est encadré par deux dates, expliquées par deux lignes en bas de l'affiche :

1943, année sainte, AÑO SANTO, mots séparés par l’épée de l’Ordre de Santiago.
1944, Centenaire du martyre de saint Jacques
(le 19e, martyre à Jérusalem en 44 après J. C.)


Affiche de l'année sainte 1954
Affiche de l'année sainte 1954

 




L'affiche de l'année1943, commandée par la Direction Générale du Tourisme à José Morell, l’un de ses affichistes favoris, a été reprise à l’identique pour marquer l’année sainte 1954.


Une affiche commerciale

Affiche du programme commercial et artistique des fêtes traditionnelles
Affiche du programme commercial et artistique des fêtes traditionnelles

Conservée au musée du peuple galicien, cette affiche est la couverture du « Programme commercial et artistique des fêtes traditionnelles de l’apôtre saint Jacques qui seront célébrées durant le mois de juillet 1943 ».
On y mentionne des courses hippiques.

Elle représente, vu de la cathédrale, l’hôpital des pèlerins qui, à l’époque, n’était pas encore le luxueux Parador qu’il est devenu.


Deux affiches pour les fêtes patronales

Sur la première, au centre de l’image, le tombeau de saint Jacques, frappé de l’épée rouge de l’Ordre de Santiago, indiqué par l’étoile miraculeuse qui révèle l’emplacement perdu.
A côté, un second tombeau, celui des disciples ?
Le paysage est bleuté, ciel et montagne.
Devant, sur un fragment de mur, les indications : « année sainte 1943, Fêtes patronales, Santiago de Compostela ».
Au premier plan, à gauche, un pèlerin arrive, calme et serein dans son costume classique, chapeau à coquille, bourdon, besace.
Minuscule, à gauche de la signature de l’auteur, une image de saint Jacques assis, sans doute celle du porche de la Gloire, esquissé.

Les revoilà sur la seconde affiche au premier plan, les géants et les « grosses têtes » qui animent les processions lors des fêtes.
A leur gauche, le blason de Compostelle, à droite, l’étoile indiquant le tombeau, à  gauche, les armes de la Galice, avec le Calice. A l’arrière-plan, la place de l’Obradoiro un jour de grande procession, au sortir de la cathédrale.
La silhouette du reliquaire rappelle celui de Coquatrix.  Sur la façade de la cathédrale, au fond à droite, on devine la statue monumentale du Matamore de Gambino.
Malgré la présence des géants, la couleur uniforme donne une impression d’austérité.
L'affiche des fêtes ,patronales
L'affiche des fêtes ,patronales

Denise Péricard-Méa

Nouveau commentaire :