Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Sanctuaires et chemins de pèlerinages

22 Juillet 2015
Fondation David-Parou

Un hebdomadaire, une association, un quotidien ont contribué à notre moisson ...



Les sanctuaires des chemins de Compostelle

Couverture du spécial Compostelle
Couverture du spécial Compostelle
Le spécial Compostelle de l’1visible, mensuel catholique gratuit, invite à la découverte des sanctuaires des chemins de Compostelle en France. Il ouvre bien évidement sur le sanctuaire du Puy-en-Velay, offrant la plume au Père Emmanuel Gobillard, recteur de la cathédrale. Il y écrit : « en 950 Godescalc ouvre la Via Podiensis à des millions de pèlerins qui suivront ses traces ». Sa participation à une table ronde de promotion du livre 1000 fois à Compostelle d’Adeline Ruquoi, organisée à la Sorbonne par l’IRER (Institut de Recherche pour l'Etude des Religions) ne lui a-t-elle pas montré la difficulté à trouver 1000 pèlerins ? Alors pourquoi entretenir cette image de millions de pèlerins ?  Le même article délivre un scoop « Godescalc a entrepris son pèlerinage … comme s’il voulait créer un lien particulier entre ces deux grands lieux de pèlerinages qu’on opposait parfois et qu’il fallait réconcilier ». D'où vient cette information ?
Après Le Puy, vient naturellement Conques dont il est écrit « avec l’essor du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, Conques est aujourd’hui un haut lieu de pèlerinage ». Quand les pèlerins et les touristes qui affluent à Conques retrouveront-ils sainte Foy « au cœur du sanctuaire » pour la vénérer, comme elle le fut jadis à Agen, plus de cinq siècles avant Compostelle ?
Très curieusement, l’1visible qualifie ensuite Toulouse de « Pèlerinage dans le pèlerinage », donnant à Compostelle une primauté qui ne lui a été conférée qu’en 1987 par la décision politique du Conseil de l’Europe.
Le recteur de la basilique de Cléry rappelle fort heureusement « qu’une chapelle funéraire y témoigne d’une dévotion universelle à saint Jacques, accompagnateur des âmes vers l’au-delà » et qu’en 1554, « cent-vingt pèlerins galiciens vinrent y prier Notre Dame pour demander la pluie ».
Ce spécial Compostelle présente aussi Nevers et Moissac mais sa pagination n’a pas permis pas de citer Chartres où passe aussi un chemin contemporain de Compostelle.

" La Croix " fait connaître d'autres chemins

La Croix des 11-12 juillet a inauguré avec un chemin vers Chartres une série de 8 reportages consacrés aux Chemins de pèlerinage. L’ouverture du chemin Charles Péguy par François Haye et des membres de l’Amitié Charles Péguy donne aux marcheurs parisiens la possibilité de redécouvrir ce pèlerinage.

Le numéro des 18 - 19 juillet a présenté le chemin de Vézelay à Assise. Conçu par Françoise et Dominique Olislaeger avec un groupe d'amis dans le but de « faire grandir l’esprit de saint François. En apprenant à être ». Le succès les inquiète cependant. Il ne faudrait pas que ce chemin devienne un nouveau Compostelle.
Voir l'article que leur consacre La Croix.

Le numéro des 25 - 26 juillet  est consacré aux anciennes voies vers le Mont Saint-Michel. En ouvrant ces pages, nous nous demandions si La Croix  réussirait  à y parler de Compostelle. C'est fait, grâce à Argentan, " à la croisée des chemins de Saint-Michel et de Compostelle ". Nous aurions bien préféré lire Saint-Michel et Saint-Jacques ... un chemin de conversion s'ouvre encore aux journalistes du groupe Bayard avant qu'ils ne tombent dans la vénération de saint Camino.

Une initiative heureuse

Nous sommes heureux de saluer cette initiative de La Croix. Elle contribue à la connaissance de la diversité des lieux saints européens soulignée en 1984 par la commission de la Culture du Conseil de l’Europe. Si les prochains articles sont de la même teneur, elle permettra de donner à Compostelle sa juste place dans les sanctuaires médiévaux européens.
Compostelle est en effet trop souvent l'unique clé de lecture quand on évoque les pèlerinages, sans rapport avec son importance réelle mais manifestant son empreinte dans l’imaginaire européen. Il est bon que La Croix contribue ainsi à ouvrir enfin le groupe Bayard à cette réalité.
 

Passeur et peseur des âmes

Les pages sur le Mont Saint-Michel consacrent un article à l'archange " peseur des âmes ". Nous nous plaisons à présenter la fonction de saint Jacques " passeur des âmes ". En hommage à cet homme et à cet esprit céleste, nous offrons cette image à La Croix .  Dans une salle de Maison Dieu, saint Jacques prend un mort dans ses bras. " Pauvre, passant ou pèlerin ", il va le présenter à la pesée de saint Michel et, comme pour Charlemagne, mettre tout le poids de son humanité dans le plateau qui lui ouvrira la porte du Paradis tout au bout de la Voie lactée.
Passeur des âmes, saint Jacques les prépare à la pesée de saint Michel
Passeur des âmes, saint Jacques les prépare à la pesée de saint Michel

Un chemin clunisien

Sanctuaires et chemins de pèlerinages
Il n'est pas comme les précédents chemin de pèlerinage. Il est un élément d'un grand Itinéraire culturel européen, celui des abbayes et prieurés clunisiens. Merci à l'association qui permet de parcourir les coteaux de Moissac à Agen.
Son travail s'inscrit dans un grand projet qui a manqué en 1987. C'était " tout pour l'Espagne " (y compris l'action de Cluny pour organiser le pèlerinage !) avec le premier Itinéraire culturel.. Depuis les esprits se sont vraiment ouvert à l'Europe.
Ultreia !
Fondation David-Parou

Compostelle, pèlerinage et société | L'Itinéraire culturel européen | L'inscription au Patrimoine Mondial | Pèlerins et pèlerinages | Patrimoine | Les bonnes pages