Nouveaux regards sur Compostelle, le pèlerinage et les chemins de Saint-Jacques
Envoyer à un ami
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une « merveilleuse rencontre du Chemin », étape84

Denise Péricard-Méa

Cette Lettre est issue d'une rencontre entre un pèlerin ayant emprunté la Via Arverna et notre Lettre 81 parlant de Saint-Jacques des Blats où il a fait étape. " Merveilleuse " rencontre entre un pèlerin du chemin et des pèlerins du chemin et de l'histoire.

Tant et tant de pèlerins parlent de ces « merveilleuses rencontres » qu’ils ont faites sur le Chemin que c’est un plaisir d’en publier une qui en présente les circonstances et le contenu !
Marc, pèlerin sur la Via Arverna, est passé à Saint-Jacques-des-Blats. Il y a retrouvé, grâce à son hôtesse, une personne qu'une amie cherchait depuis des années. La Lettre 81 lui a permis de me contacter pour prolonger cette rencontre après qu'il en ait parlé dans son association.
Il nous fait le plaisir de partager avec nous les souvenirs de son étape du 27 septembre 2020 à Saint-Jacques-des-Blats.



PÈLERINER RE-CONFINÉS   Etape n°84

Sur la via Arverna

Cet automne 2020, j'ai décidé de marcher sur la Via Arverna qui part de Clermont-Ferrand et s'arrête à Cahors.

Saint-Jacques des Blats. Croix de Pologne
Saint-Jacques des Blats. Croix de Pologne


Lors de la présentation de mon projet sur Internet, une amie de Facebook, Janine, m'avait chargé, quand je passerais à Saint-Jacques-des-Blats, de demander des nouvelles d'un ami (Guy C.), le pèlerin avec son âne qu'elle avait connu il y a une trentaine d'années sur la Côte d'Azur et aussi à Saint-Jacques-des-Blats.

Elle avait perdu ses coordonnées et désirait renouer le contact. Mais aussi savoir si l'abbé Jammet était toujours de ce monde.

Et enfin savoir ce qu'il en était de la Croix de Pologne édifiée, à ses frais, par l'abbé Jammet suite à une photo d'une croix identique prise lors d'un voyage qu'il avait effectué en Pologne. Elle a été érigée aux Boissines en 1981 pour la première visite de Jean-Paul II en France. Le socle de la Croix a été réalisée par un artiste tailleur de pierre de Saint-Jacques-des-Blats (M. Rongier).

Le dimanche 27 septembre, j'arrive à Saint-Jacques-des-Blats après une journée de marche sous une pluie froide, puis sous la neige, pour ce qui devait être une des plus belles étapes de mon chemin. Au lieu de passer par le col de la Rombière (à 1551 m), j'ai pris un autre chemin passant par le col de Font de Cère (à 1294m).
Bien installé chez mon hôte du jour (Marie P.), je lui fais part de ma requête, avec peu d'espoir. Je n'avais pas fini ma phrase que Marie prenait son téléphone et appelait Guy qui vivait à 50 mètres de chez elle. Deux minutes après, voilà Guy qui arrive. Je lui fais part de ma demande.

Stupéfaction de sa part. Il me regarde un long moment et me répond que cela fait près de 15 ans qu'il cherche à joindre Janine. Il est bien en possession d'un numéro de téléphone, mais pas de réponse. Il faut dire qu'entre temps, Janine a quitté la Côte d'Azur pour la Côte Basque.

Il nous raconte comment ils se sont connus : aussi bien sur la Côte d'Azur qu'à Saint-Jacques-des-Blats où il l'avait emmenée voir cette fameuse Croix. Il faut dire que Janine est d'origine polonaise. Que c'est grâce à lui et à l'abbé Jammet qu'elle était partie sur le Chemin de Compostelle. Les souvenirs affluent. Marie et Guy parlent de l'abbé Jammet et de la Croix polonaise installée dans la montagne. Guy voudrait bien la mettre dans un lieu plus accessible où les pèlerins passant sur ce chemin pourraient la voir. Mais c'est un autre problème.
 

Epilogue

Marie se souvient qu'avant de partir de Saint- Jacques-des-Blats où il était resté en poste pendant 33 ans, l'abbé lui avait remis plusieurs albums de photos, dont un était consacré à Janine.
Le lendemain matin juste avant de partir, je visite l'église et Guy vient me voir, ému, me remerciant pour lui avoir permis de renouer des relations perdues. Il me montre une photo de Janine avec son petit-fils qu'elle lui a envoyée le soir même où « ils sont restés au téléphone pendant plus d'une heure »...

C'est une des plus belles histoires, sinon la plus belle qui m'est arrivée sur le Chemin. Renouer les liens entre des personnes sur le Chemin de Compostelle et à Saint-Jacques-des-Blats ...

Post-scriptum de Marc

Un panneau de l'exposition
Un panneau de l'exposition
  
 



Marie qui est très impliquée dans les affaires de la paroisse, est à l'initiative avec deux autres personnes d'une exposition permanente sur la fameuse journée du 14 août 1962 qui a vu Monseigneur Quiroga y Palacios s'arrêter à Saint-Jacques lors d'un voyage le menant au Puy-en-Velay et ce à l'initiative de l'abbé Jammet.

Cette exposition, faite pour le 50e anniversaire de la fameuse visite, est visible dans le porche d'entrée de l'église.
Marc PASSINI

Des informations supplémentaires sur le village

Saint-Jacques des Blats. Stèle de Santiago
Saint-Jacques des Blats. Stèle de Santiago

Ma conversation téléphonique avec Marc m'a permis de préciser les informations sur le village.
 
La stèle bénie en 1962 est signée Maurice Chavaroc, né le 20 juin 1927. Avec Simone Fonfreide, qui a réalisé le tympan et le célèbre photographe Albert Monnier, il est l’un des artistes de l’aventure artistique proposée dans les années 60 par l’abbé Jammet :
 
« Saint-Jacques-des-Blats
en écho à Santiago de Compostela ».

Cette aventure a donné naissance à une seconde stèle érigée sur la place de l'église dont le réalisateur n'est pas connu de mes contacts.

Merci à Marc Passini d'avoir accepté de partager l'expérience de cette rencontre aux multiples facettes. Merci pour les photographies illustrant cette Lettre.

Marc a reçu la Lettre 81 sur l'abbé Jammet et Saint-Jacques-des-Blats parce qu'il fait partie d'une des associations de pèlerins membres de la Fondation.
Au lendemain de la réunion de l'AG de leur Fédération, je suis heureuse de saluer ici nos adhérents et de les remercier d'être  des relais pour la diffusion de ces Lettres aux pèlerins.

Vos libres contributions solidaires assurent la gratuité de ces envois.
chèque à Fondation David Parou Saint-Jacques,
39  rue du Sergent Bobillot, 37000 TOURS

ou paiement en ligne proposé par HelloAsso