Pierre a le ton juste pour calmer les inquiétudes et encourager celui qui ne se sent pas capable de répondre à une envie de partir et de concrétiser une décision.


Je vais arriver au terme de mes 52 ans, et il me semble qu’il me reste quelque chose à accomplir. J’ai d’abord envie de faire le point avec moi, de savoir ou j’en suis, et si je suis capable de faire
ce pèlerinage pour le donner à ceux que j’aime.
Je pourrais énumérer d’autre cause pour ce pèlerinage !!! Saint-Jacques-de-Compostelle est pour moi une façon de remercier … Je partirai de Chateauneuf sur Loire (45110) début juillet et je reviendrai par le train quand je serai arrivé.


Finalement, vous n'êtes pas si vieux que ça, vous êtes dans la force de l'âge. Vous êtes donc totalement capable de faire ce pèlerinage. J'en ai suivi un qui n'avait que quatre-vingt-deux ans...
Il ne vous sera donc pas difficile d'entreprendre le Chemin de Compostelle.
Le plus dur, ce sera de prendre la décision, de mettre la clef dans la serrure et de vous retourner pour partir.
En effet, vous allez vous dépouiller de toutes vos habitudes, de votre petit confort douillet, de vos amis, de votre train de vie pour vivre une vie saine, naturelle, simple et avec la nature.
Vous vous rendrez compte que vous n'êtes pas le centre du monde, ni supérieur aux autres.
Tous les pèlerins sont au même rang que vous. Ils font comme vous, ils sont fatigués, ils ont chaud, ils ont soif, quelques fois il souffrent des pieds ou d'autres parties du corps, ou alors, ils sont découragés. Il endurent comme vous les ronfleurs dans les gîtes, ils supportent les odeurs de transpiration ou de pieds. Ils entendent et (ou) participent à des conversation sur des sujets et vous n'êtes pas forcément d'accord avec les idées émises, ou alors c'est l'inverse ! .
Mais vous découvrirez aussi le partage. Bien entendu, vous ne supporterez pas de laisser au bord du chemin un pèlerin dans la difficulté. Vous l'aiderez forcément. L'inverse aussi se fera naturellement.
Vous ferez la connaissance de l'humilité. et de bien d'autre choses encore.
Vous vous apercevrez aussi que vous pouvez faire des choses qui vous paraissaient inabordables, à condition de partir lentement et d'être à l'écoute de votre corps. Commencez, même si ça vous paraît trop peu par des étapes de 15 km les deux premiers jours. Vous pourrez ainsi prévenir les maux de pieds, ou les guérir avant qu'ils ne s'aggravent. Vous pourrez aussi équilibrer parfaitement votre sac (très important) afin de ne pas avoir de position qui génère des douleurs. Très rapidement, vous verrez que vous ferez 25 voire 30 et 35 km par jour, voire beaucoup plus, sans plus de fatigue que les premières étapes.

Vous voulez partir de chez vous, et je trouve que vous avez grandement raison. Les pèlerins jadis ne faisaient pas autrement. Vous pourrez rejoindre l'un des chemins dits de Saint-Jacques qui passe par Tours.

Souvenez-vous que lorsqu'on part faire un pèlerinage, personne ne vous doit rien sous prétexte que vous êtes pèlerin. Prenez la précaution de mettre une coquille Saint-Jacques sur votre sac, et n'ayez pas peur de dire bonjour avec le sourire, personne n'en a plus l'habitude... et dites humblement qui vous êtes et ce que vous faites. Vous verrez, le sourire fait tout.

Enfin, vous ferez tant de découvertes que vous ne serez pas déçu. Vous vous apercevrez même que le chemin ne s'arrête pas à Compostelle; aussi, je vous souhaite une parfaite réussite de votre entreprise.

Rédigé par Pierre Prénat le Lundi 20 Juillet 2009 à 19:33