Une recherche vivante, une attention permanente

Pèlerins et chercheurs


Association de chercheurs bénévoles et indépendants, professionnels et amateurs, la Fondation David Parou Saint-Jacques renouvelle la vision de Compostelle et des cultes à saint Jacques

 
 
La Fondation est née en 2000 de la volonté de faire coopérer des chercheurs de toutes disciplines et de toutes origines. Elle a été constituée en association selon la loi de 1901 en 2002 avec la double dénomination :
Fondation David Parou Saint-Jacques,
Fondation Européenne pour la recherche sur les pèlerinages et l'acronyme FERPEL.
L'Institut Européen des Itinéraires Culturels en a été membre fondateur. En 2003, elle a réalisé les pages relatives à Compostelle de son site Internet.
 
Elle souhaite :
• renouveler la connaissance des cultes et pratiques du pèlerinage en Europe du Moyen Age à nos jours
• contribuer à faire mieux connaître, sauvegarder et mettre en valeur le patrimoine jacquaire

Elle offre ses services à tous les organismes, politiques, culturels, touristiques qui ont besoin d'informations actualisées et fiables. Elle apporte son concours aux étudiants de tous niveaux dont les recherches "croisent" saint Jacques et coopère avec des enseignants et chercheurs pour partager des résultats de recherche.
 
La Fondation représente au début de 2011 un réseau d'une soixantaine de chercheurs et d'un millier de sympathisants.
Ses sites Internet reçoivent plus de 1000 visiteurs par jour.
Elle est ouverte à toute personne physique ou morale intéressée par ses activités.


Chemins de Compostelle 1998-2018

2018 fut l'année du 20e anniversaire de l'inscription des chemins de Compostelle en France au Patrimoine mondial ? Elle était aussi le 25e anniversaire de l'inscription du Camino francés.
Elle a en outre été choisie comme année du patrimoine culturel européen, chance pour les promoteurs de cet anniversaire à qui l'Europe a fourni une occasion de renforcer leur publicité. Mais, avions-nous espéré, espoir d'un renouvellement de leur vision du patrimoine jacquaire.


Une évolution notable de la définition du Bien dénommé " chemins "

Chemins de Compostelle 1998-2018
En 1998, 71 monuments et 7 tronçons du GR 65 ont été choisis pour représenter les chemins de Compostelle en France qui ne pouvaient être inscrits en tant que tels.
Sur des plaques de marbre,  ils ont été présentés comme « inscrits au titre des chemins », constituant un Bien unique dénommé : « Chemins de Compostelle en France », le Bien 868.
Pour chaque monument un dossier avait été soumis aux experts de l’Unesco décrivant le monument et justifiant son choix pour être inscrit au titre des chemins.
De nouvelles descriptions de chaque composante de ce Bien sont données sur le site ouvert par l'ACIR pour le 20e anniversaire
Nous avons comparé pour chaque monument les informations données en 1998 à ces descriptions de 2018. Ce travail nous a apporté de grandes surprises.

Quelles comparaisons avons nous faites?

Ces monuments ayant été choisis pour représenter les chemins de Compostelle, la comparaison est limitée aux références à saint Jacques, aux pèlerins de Compostelle et aux relations historiques entre le monument considéré et Compostelle. Les comparaisons des caractéristiques architecturales ou qualités artistiques de chaque monument constituent l'essentiel des dossiers mais sont de moindre intérêt pour qui s'intéresse au pèlerinage et au culte rendu à saint Jacques.


Un ouvrage de référence

Cet ouvrage, publié en 2009, analyse et commente les dossiers d’inscription des chemins de Compostelle en France.  Les comparaisons ont été faites pour chaque monument composante du Bien. Une page est consacrée à chacun, mettant en parallèle :
  • Des extraits de ce livre comprenant le justificatif de l’inscription ou, en son absence, les informations données par le dossier d’inscription accompagnés de nos commentaires
  • Les nouvelles descriptions proposées par le site référencé ci-dessus.
Les comparaisons détaillées pour chaque monument font l'objet du document téléchargeable par le lien ci-dessous.

Parmi les surprises

Compostelle disparaît d’un tiers des descriptions

Toute référence à Compostelle, à saint Jacques ou au pèlerinage disparaît d’un tiers des descriptions qui en possédaient. Ces suppressions concernent 27 composantes du Bien sur 71, en particulier la majorité des étapes les plus importantes de ce qui était dénommé le Grand chemin de Saint-Jacques. Comment les expliquer ?

Notre livre a servi

Lorsque les justificatifs de 1998 nous paraissaient notoirement insuffisants en regard de l’objectif de représenter les chemins de Saint-Jacques, notre livre faisait des propositions pour les compléter. La comparaison montre qu'une dizaine d'entre elles ont été adoptées à notre insu. Elles sont soulignées par l'utilisation de caractères Comic Sans MS.
 

Une étape majeure supprimée

Une surprise de taille pour le Puy-en-Velay, en 1998  Etape majeure sur la route de Compostelle depuis le XIIe siècle,  la ville, en 2018, ne se présente pas spécialement comme une étape vers Saint-Jacques.
La nouvelle description commence ainsi :
Lieu de pèlerinage par lui-même, Le Puy ne se présente pas spécialement comme une étape vers Saint-Jacques. Pourtant le sanctuaire est indiqué par le Codex Calixtinus comme le départ d’une des quatre grandes voies jacquaires, la Via Podiensis, ce qui est dû d’abord à son importance propre.
Dire que le Codex calixtinus faisait du Puy un point de départ est une erreur habituelle. Mais il est nouveau de souligner l’importance propre de ce sanctuaire

Fondation David-Parou
01/01/2019